Elections régionales de 2021 en AURA : Si vous êtes écolos, votez blanc ou allez vous balader !

Jean-François Dumas

Habiter une région redessinée par le fait du prince, pure entité administrative et être écologiste sont les deux raisons pour lesquelles je n’ai pas voté aux élections régionales de 2015 et c’est pour ces mêmes raisons que je ne voterai pas en 2021. Rien n’ayant changé.

  Vous avez peut-être comme moi la malchance d’être électeur dans l’une de ces nouvelles régions découpées en dépit de la géographie, de l’histoire, faite de territoires rassemblés et séparés en vertu d’illusoires critères économiques sans que les sentiments d’appartenance des gens aient été pris en compte, sans que ceux qui y vivent aient été consultés. Ma région, celle des Arvernes, l’Auvergne, existait avant même que la France n’existe, la voilà rayée d’un trait de plume par un politicard menteur sans vergogne, hôte temporaire de l’Elysée, élu sur un malentendu grâce à de fausses promesses. Ma région n’existe plus administrativement et je ne me reconnais absolument pas dans la nouvelle entité abstraite délimitée par le fait du prince d’alors le président de la république  PS François Hollande. Aller voter, ce serait entériner implicitement cette réforme territoriale, reconnaître cette monstruosité baptisée d’un nom ridicule AURA et l’accepter.
Si vous êtes dans le même cas que moi habitant cette région ou une autre ayant subie le même sort, ne votez pas ! Ne cautionnez pas ces découpages administratifs issus de technocrates coupés des réalités de terrain ou ces tripatouillages à visée électoralistes. 
 

Lors d’un débat télévisé sur FR3, en prologue, les animateurs ont présenté aux débatteurs et aux téléspectateurs la vidéo d’un micro-trottoir où des journalistes demandaient à des gens ce qu’ils savaient et pensaient de cette région l’AURA. La plupart ignorait son existence et une fois instruit estimait ne pas se sentir en faire partie - ils étaient Alpins ou Auvergnats pas Auralpins - que le Rhône était une sorte de frontière, que cette AURA n’avait aucun sens géographique, historique. Peut-être économique et encore … Aucun des candidats n’a réagi, pas même le « localiste » qui représente le RN et encore moins la candidate EELV. Il est vrai qu’elle veut être « La présidente du climat »(sic !) et au sens où elle entend ce terme, ce dernier est global sans ancrage géographique. Quant à Valaud-Belkacem, qui a montré ce soir-là une désagréable agressivité, elle aurait bien en peine de justifier cette monstruosité administrative créée par un gouvernement dont elle faisait partie.
Il faut souhaiter qu’il y ait une participation minimale à cette élection pour que tous ces politicards qui sollicitent nos suffrages ne les aient pas ! Qu’une majorité d’abstentionnistes fasse qu’ils ne représentent qu’eux-mêmes. D’ailleurs, il y a aujourd’hui une conjonction de facteurs qui poussent aussi dans le sens d’une abstention massive.
 

 

 **********
 
 Si j’avais voulu voter dimanche prochain, j’aurai été bien en peine. En tout cas, parce que je suis écologiste, je n’aurai pas voté pour EELV. EELV n’est pas un parti écologiste, en AURA il en est la caricature (ailleurs ce n’est pas mieux !). Sous prétexte d’ouverture à des représentants de la société civile,  le parti Les Verts transformé en Europe Ecologie-Les Verts est devenu une sorte de repaire de lobbyistes de causes sociétales et des carriéristes pour la plupart sans culture ni convictions écologistes. Ce qu’il avait gardé d’écologiste a été vampirisé par la lutte contre le dioxyde de carbone à laquelle tout devrait être subordonné pour le plus grand profit des multinationales et des affairistes de l’éolien terrestre ou maritime. Tout au long du débat sur FR3 nous avons pu voir un exemple poussé à l’extrême, outré, grotesque de cette vampirisation dans les propos de la candidate EELV avec cette perle lancée en fin de débat « Je serai la présidente du climat ! » Je ne veux pas apporter de suffrages à des gens qui dans toutes les assemblées où ils sont élus  foulent aux pieds deux acquis environnementaux majeurs résultat des combats de leur prédécesseurs : la loi montagne et la loi littorale pour imposer une « transition énergétique » qui n’a rien d’écologique. On modifie le mix énergétique pour que rien ne change par ailleurs. 
Je ne donnerai pas ma voix à un parti qui veut couvrir la France d’aérogénérateurs de plus de 150 mètres de haut comme si « sauver la planète » obligeait  à saccager le peu d’espaces naturels qui nous reste, à défigurer notre patrimoine architectural et nos paysages remarquables ou ordinaires mais aimés par ceux qui les habitent.  Sans aucun doute, vous n’aimeriez pas avoir ces gigantesques hachoirs à oiseaux et à chauve-souris près de chez vous, moi non plus.  Alors pensons aux autres, à ceux qui les subissent ou qui risquent de les subir et ne votons pas EELV, ni pour tous ceux qui cèdent peu ou prou au miroir aux alouettes que sont ces ENR et notamment l'éolien industriel. Ce sont des gens dangereux pour la Nature et l'environnement.

Si les énergies du vent et du soleil  sont inépuisables, elles n’ont rien d’un eldorado dès que l’on veut les utiliser pour produire de l’électricité. Elles demandent des aérogénérateurs, des panneaux solaires, des lignes à HT et THT, des batteries, des terres rares, du cuivre et d’autres matériaux qui eux ne sont pas renouvelables. L’exploitation des ENR, c’est la menace d’un nouvel extractivisme dont les Chinois et les Amérindiens ne seront pas toujours les seuls à faire les frais. Il pourrait bien, à brève échéances, s’intéresser aux back yards des Métropolitains! Un vrai plaisir d’avoir une mine ou une carrière près de chez soi. Demandez aux Limougeauds ou aux  Ariégeois qui en ont fait l’expérience, vous serez édifiés !    
Donc je ne voterai pas et j’appelle à ne pas voter pour une liste qui déclare « Nous multiplierons par 2 les installations d’énergies renouvelables (ENR) d’ici à 2030 (par rapport à 2015) » et détaille les mesures pour le faire au mépris de la volonté des gens qui habitent le territoire. Des élus qui continuent de croire malgré toutes les preuves du contraire que ces ENR permettent de « lutter contre le changement climatique » ! Et cela malgré leurs belles promesses en matière de biodiversité. Ils ne s’interrogent pas sur la compatibilité entre ces promesses et celle de multiplication d’installations d’éoliennes industrielles et de « fermes photovoltaïques » alors qu’elles sont contradictoires.

D’ailleurs que restera-t-il de ces promesses sur la biodiversité lorsqu’au second tour, ils s’allieront avec le PS dont la tête de liste est Najat Vallaud-Belkacem qui fut un des piliers des gouvernements de Hollande ( porte-parole du gouvernement, ministre des Droits des Femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, ministre de l’Education Nationale), c’est-à-dire au sein d’une équipe qui a réprimé sauvagement les luttes écolos sur le terrain et est au moins indirectement responsable de la mort de Remi Fraisse. On ne doit ni oublier, ni pardonner. S’allier avec un parti qui n’a jamais fait le bilan de ses fautes ni ne les a reconnu est une trahison. Sivens, Notre Dame des Landes, s’il était resté au pouvoir, le barrage aurait été construit, et l’aéroport aussi ou, au mieux, il faudrait encore lutter contre leur construction (quoique celle du barrage refasse surface) ! N’oublions pas non plus Roybon, le Grand Paris avec le massacre des terres agricoles sur Plateau de Saclay ou dans le Triangle de Gonesse (Val d’Oise), ou bien encore à Agen, la poursuite de la construction de la poubelle nucléaire de Bure voulu par tous les partis de Gauche ou de droite et du centre, la haine du sauvage qui se traduit par l’abattage des grands prédateurs comme le loup poursuivi par Macron, la dérive sécuritaire et le glissement vers un état policier amplifiée par Macron.
De même que l’actuelle ministre de l’écologie de Macron (qui fut EELV) veut s’assoir sur l’avis des gens pour déployer de force l’éolien industriel terrestre et maritime, donc en faisant fi de la démocratie, EELV en AURA comme ailleurs imposera ses éoliennes et ses menus végétariens, si elle en a le pouvoir.
Révélateur à ce sujet est ce passage de son programme concernant la restauration collective (des établissements publics) : « Nous  soutiendrons  dans  la  restauration  collective,  la  mise  en  place  d’une alternative   végétarienne   quotidienne  et  de  deux  menus  végétariens uniques par semaine. » En d’autres termes, EELV permettrait  à ceux qui le désirent ne pas manger de viande mais EELV forcerait les autres à être végétarien deux jours par semaine alors que rien d’objectif ne justifie cette entrave au libre choix individuel de ses préférences culinaires et diététiques. Rien, si ce n’est un rapport bidonné de Greenpeace sur l’impact climatique de cette mesure, et des rapports de la FAO aujourd’hui obsolètes et largement remis en question dans la littérature scientifique mais pas à EELV aveuglée par l’idéologie végétarienne et végane qui instrumentalise outrageusement la « lutte contre le changement climatique » à son profit. Si vous êtes écolos, ne votez surtout pas pour ces guignols qui veulent vous  dicter ce que vous devez manger ou ne pas manger !
 

EELV croit peut-être que les animalistes tièdes ou radicaux sont des électeurs potentiels. A tort sans doute car aujourd’hui sur ce créneau la concurrence est rude à gauche, mais pas seulement. A gauche une autre liste emmenée par  la France Insoumise affiche une composante écologique qu’elle a d’ailleurs bien du mal à décliner. Je ne vais pas redévelopper ici ce que j’ai largement exposé dans d’autres articles de ce blog, mais il y a incompatibilité entre l’écologisme et l’animalisme ou le véganisme qui en est le fondement. Avec les « Génération climat » (sic !) sont introduits dans cette liste des candidats qui s’ils sont élus en seront les porte-paroles ! Donc pas question de voter pour cette liste non plus.
Bref, je ne vais pas passer en revue tous les programmes dont de toute façon, on sait ce qu’ils deviennent une fois l’élection gagnée au prix d’alliances tortueuses qui les ont déjà mis à mal.

Quoi que puisse raconter le macroniste et même s’il a l’air sympa, il faudrait vraiment aimer être cocu pour voter pour lui et sa liste si l’on est écolo.

En définitive, si j’avais décidé d’aller voter, j’aurais pu choisir la liste emmenée par Laurent Wauquiez. Son programme régional vaut bien celui de ses concurrents. Il n’a pas augmenté les impôts lors de la précédente mandature. Il est donc crédible lorsqu’il affirme qu’il ne les augmentera pas. Et il a deux atouts de taille aux yeux d’un écologiste auvergnat. Il est auvergnat et surtout, il ne l’oublie pas une fois élu mais le point principal, c’est qu’il est un allié de poids contre le déploiement intempestif des éoliennes industrielles dans la Région. Avant de planter un arbre par habitant selon la mesure démago proposée par EELV, il faudrait commencer par ne pas en abattre pour implanter ces hachoirs à oiseau en pleine forêt comme dans le cas de projets notamment dans l’Allier.

Il y a cependant un obstacle de taille : il n’a pas tenu dans la mandature passée et ne  tiendra pas dans la mandature future la balance égale entre les associations de chasseurs et les associations environnementalistes et pour cause : parmi les partis qui soutiennent sa liste on retrouve Chasse Pêche Tradition qui a changé de nom et se dénomme maintenant le LMR (Le Mouvement de la ruralité). C’est certes la garantie qu’il n’y aura pas de risque que l’on force à manger végétarien deux fois par semaine les enfants et de façon plus générale les usagers de la restauration collective gérée par la Région, mais c’est aussi livrer la nature sauvage aux chasseurs qui la gèrent à leur profit au lieu de la laisser libre.Bref, lui et sa liste n’auront pas ma voix non plus.

Le 20 Juin, j’irais herboriser sur des landes qu’un maire (gauche/écolo !) veut faire défricher au lieu de la laisser suivre son évolution naturelle : "Mon Dieu, gardez moi de mes amis, je me charge de mes ennemis !"
 
 
 
 


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :