En marche vers un régime totalitaire : état policier et médias muselés

Jean-François Dumas

Ceux qui voulaient éviter le totalitarisme et la dérive fascisante en votant Macron se sont bien fait berner. La République en Marche est en route vers un état policier fascisant sous la bannière du grand chef, entouré de sa cour, de madame, de son second, de ses lieutenants préposés aux basses-œuvres, de ses adjudants chargés d’encadrer et de faire filer droit et au pas cadencé la piétaille des députés et autres élus. Avec la complicité active ou silencieuse de ces derniers, le chef et ses hommes liges lâchent leurs chiens qui se déchaînent sur le vulgum pecus qui ose protester.

C’est la démocratie de la matraque et de la justice aux ordres. Les uns éborgnent, mutilent, cognent ; les autres embastillent et condamnent. Les médias main stream  achetés par les milliardaires ou vendus au pouvoir du Chef applaudissent, travestissent. Pour les journalistes qui veulent faire leur travail et informer les gens des brutalités et de la violence exercée par les petites mains de cet état policier, ils sont gazés, matraqués, cibles des LBD, emprisonnés et leur matériel cassé.

Aujourd’hui la coupe est pleine et les dites FDO ont beau cogner, les juges embastiller, le grand vent de la révolte qui s’est levé avec les Gilets Jaunes vient de se renforcer du refus de la énième réforme scélérate, celle des retraites. Il est en train de se transformer en ouragan qui pourrait bien balayer tous ces malfaisants. Ils pètent  de  trouille. La rue leur fait peur, les mouvements sociaux qui convergent et s’unissent les effraient. Pour conjurer le sort, il y a des mots et des expressions qu’il ne faut pas prononcer : ‘ grève’, ‘ grève générale’ ou ‘historique’. Et aussitôt le média du pouvoir  France TV, ex ORTF obtempère et ordonnent qu'ils soient bannis à l'antenne. Ne surtout pas donner des idées aux cerveaux disponibles qui baillent devant leur TV.

C’est la note de service hallucinante de la direction de France TV à ses journalistes qu’a révélée la CGT. L’ultra libéralisme, ce n’est pas la liberté, c’est la dictature et le mal élu, le Grand chef n’en est en définitive que le larbin. Voici le fac-similé du communiqué de presse de la CGT France TV.

En marche vers un régime totalitaire : état policier et médias muselés


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :